Dictée TV5 MONDE

Winnaars dictee AF Utrecht 2020

Dictee A1 :  Sarah Abels (Manon / A1.2)

Dictee A2:   José van der Linden ( A2.2)

Dictee B1 :   Ineke van Rossum ( B1.2)

Dictee B2:  Erik Reijnders (Cv-B2.Zeist)

Dictee C1 :  Iris Wieman ( C1)

Onder de Utrecht-winnaars zijn ook 2 landelijke winnaars te vinden van het dictee TV5-Monde:

  • Mw. José van der Linden (niveau A2) 
  • Dhr Erik Reijnders (niveau B2).

De AF-Utrecht is extra trots op beide winnaars voor hun bijzondere prestatie. Wij feliciteren alle winnaars die hun prijzen (een bioscoopbon, en voor de landelijke winnaars een cadeaubon van 150 euro) bij de volgende les zullen ontvangen.

Hieronder vindt u de teksten van de dictees voor de verschillende niveaus.

Dictees oefenen? Ga naar https://dictee.tv5monde.com/!

A1

Climat déréglé, planète en danger

En 1972, il y a une première conférence sur le climat.

Puis, en 1982, en 1992, en 2002 et en 2012.

Les choses changent un peu.

Maintenant, par exemple, on utilise des énergies renouvelables.

A2

Climat déréglé, planète en danger

Depuis 1972, il y a beaucoup de conférences sur le climat, mais les choses changent lentement.

Les températures augmentent toujours, et la biodiversité est menacée.

On constate des sécheresses, des incendies.

Les glaciers diminuent et la mer se réchauffe.

Il y a pourtant de bonnes nouvelles.

On utilise de plus en plus des énergies renouvelables et on fait plus attention à l’environnement

B1

Climat déréglé, planète en danger

Depuis 1972, les conférences sur le climat se suivent, mais le processus du dérèglement ne ralentit pas.

 

Les températures moyennes augmentent, des records de chaleur sont fréquents et la biodiversité est menacée.

 

Sécheresses, incendies, inondations, cyclones, recul des glaciers, réchauffement des océans sont souvent observés.

 

Il y a pourtant des raisons d’espérer.

 

On utilise de plus en plus des énergies non fossiles, renouvelables, et on constate un début de changement de nos habitudes en matière de transport, de production et de voyage. 

 

Gardons espoir. 

B2

Climat déréglé, planète en danger

Depuis 1972, les conférences sur le climat se suivent, mais le processus du dérèglement n’est malheureusement pas arrêté.

Les températures moyennes augmentent, des records de chaleur sont fréquents, les crises climatiques s’accélèrent et la biodiversité est menacée.

Sécheresses, incendies, inondations, cyclones, recul des glaciers, réchauffement et acidification des océans sont de plus en plus observés et le cycle de l’eau est perturbé.

Que la situation puisse affoler, c’est compréhensible, mais il y a néanmoins des raisons d’espérer.

On utilise de plus en plus des énergies non fossiles, renouvelables, et on constate un début de changement de nos habitudes en matière de transport, de production et de voyage.

Gardons espoir.

 

 

C1

Climat déréglé, planète en danger

Depuis 1972, les conférences sur le climat se sont succédé, mais le processus du dérèglement n’est en rien enrayé.

Les températures moyennes augmentent, des records de chaleur sont fréquents, les crises climatiques s’accélèrent et la biodiversité est menacée.

Sécheresses, incendies, inondations, cyclones, recul des glaciers, réchauffement et acidification des océans sont de plus en plus observés et le cycle de l’eau est perturbé.

Le pergélisol se réchauffe, la banquise fond, provoquant une augmentation du niveau de la mer menaçant des îles, des villes, des pays entiers même.

Que la situation puisse affoler, c’est compréhensible, mais il y a néanmoins des raisons d’espérer.

On utilise de plus en plus des énergies non fossiles, renouvelables, et on constate un début de changement de nos habitudes en matière de transport, de production et de voyage. 

La sensibilisation à l’environnement augmente : des jeunes collectent les déchets, les produits bio sont plus accessibles, les circuits courts se développent. 

Gardons espoir.

C2

Climat déréglé, planète en danger

Jadis, Victor Hugo se lamentait : « C’est une triste chose de songer que la nature parle et que le genre humain ne l’écoute pas. »

Si, depuis 1972, les conférences sur le climat se sont succédé, le processus du dérèglement n’est en rien enrayé.

Les températures moyennes augmentent, des records de chaleur sont fréquents, les crises climatiques s’accélèrent, et la biodiversité est menacée.

Sécheresses, incendies, inondations, cyclones, recul des glaciers, réchauffement et acidification des océans sont de plus en plus observés et le cycle de l’eau est perturbé.

Le pergélisol se réchauffe, la banquise fond, provoquant une augmentation du niveau de la mer menaçant des îles, des villes, des pays entiers même.

De plus, certains craignent que cela ne libère des virus auxquels l’humanité n’avait pas été confrontée depuis longtemps.

Les arbres sont menacés, et la déforestation provoque des zoonoses itératives.

Que la situation puisse affoler, c’est compréhensible mais il y a néanmoins des raisons d’espérer.

On utilise de plus en plus des énergies non fossiles, renouvelables, et on constate un début de changement de nos habitudes en matière de transport, de production et de voyage. 

La sensibilisation à l’environnement augmente : des jeunes collectent les déchets, les produits bio sont plus accessibles, les circuits courts se développent. 

Gardons espoir.